Pierre Charles Henri Fauvel (7 juin 1830 à Amiens-18 décembre 1895 à Paris) ou l’un des rares amis d’Angelo Mariani.

  Ce médecin a la particularité d’avoir lancé en grande partie l’aventure d’Angelo Mariani, et ce dès 1865 (1). Leur rencontre physique eu lieu à Paris en 1867. Mariani poursuit ses essais de vulgarisation de préparations de coca notamment dans la pharmacie Chantrel rue de Clichy à Paris (selon l’américain William Helfand, le plus grand spécialiste reconnu d’Angelo Mariani in sa communication du 19 janvier 1979 présenté au Yale Medical Library et intitulé : Vin Mariani). Puis emménage rue Vaneau et travaille à la pharmacie Mondet (spécialisée dans la création d’élixirs à base de plantes) au coin de la rue Bellechasse et de la rue du Faubourg St-Germain à Paris. Durant le siège de la capitale par les Prussiens Mariani et Fauvel s’entraident pour survivre. Ce dernier fut d’ailleurs durant cette période un chirurgien de la Garde nationale pour la commune de Paris.

Fauvel avec ses condisciples

Fauvel avec ses condisciples de l’hopital de la Charité dans l’ouvrage du Docteur Cabanés intitulé : La salle de Garde. Edition Montagu, Paris, 1917.

   Charles Fauvel obtient de son côté d’autres informations sur la coca comme celles provenant de l’abbé Pullés qui l’utilise régulièrement (2). Le 7 septembre 1871, au sortir de la guerre, le médecin Fauvel qui s’est spécialisé dans l’étude du pharynx fonde un hôpital dans lequel il soigne chaque week-end près de 20 patients gratuitement. Un « deal » ou plus exactement un contrat oral et moral se met en place entre les deux hommes. L’un apporte ses clients, l’autre lui fait en retour une grande publicité de sa reconnaissance professionnelle. Et cela marche. Le tout Paris sait que le médecin Fauvel fait équipe avec le pharmacien Mariani. Ainsi dans la revue universitaire L’Union médicale de décembre 1875, un article de Charles Fauvel évoque l’excellence du Vin Mariani à la coca. Ensuite tout s’accélère. En 1876, il publie une somme médicale qui va devenir une « bible » sur la connaissance médicale du larynx (3).

fauvel-six

Fauvel photographié par Wilhem Benque avant sa mort pour le journal Le Monde illustré du 28 décembre 1895.

    Notre medecin est reconnu en Europe, pour son utilisation médicale de la coca et de la cocaïne, notamment par Sigmund Freud (4). Cela lui vaut la Légion d’honneur là même année. Il réside au 41 bd Haussmann et invite Mariani à installer sa première pharmacie à la même adresse. C’est le début du succès. En 1878, Angelo Mariani publie un opuscule de 19 pages intitulé : La coca du Pérou et le vin Mariani : botanique, historique, thérapeutique. Bien entendu Fauvel y est cité à de nombreuses reprises. Fauvel part ensuite au 31 rue Guénégaud à Paris puis quelque temps plus tard au 13 avenue de l’opéra. Angelo Mariani, quant à lui, a acquis pour sa famille un pied à terre au 11 rue de Scribe lui aussi dans le quartier de l’Opéra. En outre Mariani a compris que Fauvel par sa renommée internationale ne peut que lui être bénéfique. Ainsi il apparaît dans la première série dite des pré-albums Mariani en mai 1890.

fauvel-uno

Fauvel par Adolphe Lalauze, pré-album Mariani, mai 1890.

Puis en 1894 avec le premier album officiel, un an avant son décès.

_57sssss

Charles Fauvel dans le tome 1er des albums Mariani 1894 et sa fameuse lettre ou il relate sa rencontre avec Mariani en 1865.

Fauvel pratiquant un art médical nouveau avec l’aide du vin Mariani à la coca.

fauvel-sietesans-titre

DR : Musée d’Orsay, Paris. Photographie réalisée Pierre Lanith Petit (1831-1909) entre 1857 et 1865. Fonds Eugène Disderi (collection Maurice Levert).

                                                                                                                                  A.D

(1) Charles Fauvel a connaissance des travaux sur la coca réalisés par Angelo Mariani et son père Xavier François à Bastia. Il commande de nombreux échantillons qui vont sortir de la pharmacie familiale située à Bastia boulevard du Palais. D’ailleurs Fauvel confirmera ces faits par un courrier de décembre 1887, à l’attention du New York Medical Journal ou il explique les biens faits du Vin Mariani qu’il connaît depuis 1865.

(2) Alain Delpirou, Angelo Mariani l’inventeur de la première boisson à la coca. Édition Anima Corsa, Bastia, 2014.

(3) Traité pratique des dysfonctionnements du larynx, Édition Adrien Delahaye, 1876, Paris, 920 pages.

(4) Uber coca, Sigmund Freud, vol. 2, juillet 1884, dans Centralblatt fur die Gesmammte Therapie (Vienne).

   Pour plus d’informations sur Charles Fauvel, on peut lire avec intérêt les articles suivants : Le Docteur Fauvel, in La revue Panthéon de l’industrie, 14 années 1888 et 21 années 1895. Le Monde illustré du 28 décembre 1895, n°2022, 39 années. Le quotidien Le Figaro en date du 17 novembre 1888. La fiche n°4 d’août 2014 du musée de l’AP-HP intitulée : La première salle de garde l’hôpital de la charité, XIXe siècle, Paris. Puis sans oublier le site www.clystere.com de février 2017 n°57.

Publicités