Enfants des Arts et Angelo Mariani

   Fondée en 1881, sous l’appellation d’Orphelinat des Arts (1), par Marie Laurent, aidée de Sarah Bernhardt et d’Hortense Schneider, l’association avait pour but initial l’aide aux jeunes filles d’artistes dans le besoin. De nombreux mécènes, contribuèrent à son développement et encouragèrent son action tout au long du XXe siècle, comme : Lucy Arbell, Gustave Charpentier, Yvonne Printemps, Juliette Achard, Jules Dalou, Roland Dorgelès, Rachel Boyer, Théophile Poilpot, Louis Oscar Roty, Henri Desgrange, Jane Deley, Gustave Doré, Isabelle Chapusot, princesse Troubetzkoy, Rejanne, Julia Bartet, Loïe Fuller, et bien d’autres (2). À l’image aussi de Marie Édile Riquer, Suzanne Reichenberg, Gabrielle Krauss, Sophie Alexandra Croizette, Madeleine Zulma Bouffar, Léontine Victorine Beaugrand, Alice-Marie Fleury, plus connue sous le patronyme de Henry Gréville, Marie-Jenny-Thérèse Thénard, Constance Quéniaux, Alice Ozy (Julie Justine Pilloy), la duchesse d’Uzès, Jeanne Poilpot, Marie Scalini, Berthe Blanche Marraud, Hélène Louise Fabre, et Colette Brosset. Puis à la fin du XXe siècle, son intitulé a été modifié en Enfants des arts. Angelo Mariani en aurait été bien ravi de l’apprendre. Sait on qu’il fut le premier à évoquer de son vivant le vocable enfants des arts ? De toute évidence son regard bienveillant parcourt toujours ce lieu de bienfaisance à Courbevoie.

Un petit retour dans le temps s’impose pour expliciter notre propos.

   Ce bienfaiteur Corse (3) avec Jeanne Poilpot avaient demandé en 1905 à leur ami commun Louis Oscar Roty de confectionner des tirelires en terre cuite, en bronze et en grand nombre afin de les distribuer dans leurs entourages fortunés. D’une manière immuable, à chaque remise d’une cagnotte Angelo Mariani précisait sa démarche altruiste par ses mots : « Un petit sou tous les jours…pour les enfants des Arts » (4). Comme quoi ce leitmotiv a bien traversé le temps.   A.D.

(1) On peut lire sur ce point l’ouvrage de Jacques Baudson-Lablaine intitulé : L’orphelinat des Arts, TheBookEdition, Lille, 2020.

(2) C.F notamment l’article du quotidien Le Monde, paru le 20 décembre 1967 : L’Orphelinat des arts fête ses quatre-vingts ans.

(3) Angelo Mariani en 1898 s’engage dans l’organisation de la Fraternité artistique de Courbevoie œuvre jumelle de l’orphelinat des arts pour les garçons en qualité de vice-président. En 1912 il fait réaliser une médaille en bronze d’un diamètre de 41 mm pour un poids de 35 grammes par son ami Corse Louis Patriarche. Le but étant de mettre en valeur l’union des deux entités : orphelinat des arts pour les filles et fraternité artistique pour les garçons.

Pièce commémorative de Patriarche pour l’orphelinat des Arts et la fraternité artistique. (Avers).

Pièce commémorative de Patriarche pour l’orphelinat des Arts et la fraternité artistique. (Revers).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(4) Exposition : La Peinture comme l’aimaient nos grands-pères raconte l’histoire de l’Orphelinat des Arts. Ville de Courbevoie, Musée Roybet-Fould. 16 décembre 1967-31 janvier 1968. Catalogue rédigé par Florence Poisson et Françoise Escoffier-Robida, Paris : Les Presses artistiques, 1967, dépôt légal n° 540.

 

de Florence Poisson et Françoise Escoffier-Robida.

 

 

Jules Alexandre Grün et sa monumentale rencontre avec Angelo Mariani (II).

typofe-dnb

Dr Musée des Beaux-Arts de Rouen. Cliché C. Lancien et C. Loisel.

   Plus on regarde ce magnifique tableau, situé au musée de Rouen, plus de multiples questions nous viennent à l’esprit. Est-ce que cette œuvre centenaire nous a bien livré tous ses mystères ? Surtout si on y ajoute la lecture attentive du très beau livre intitulé : Jules Grün, trublion de Montmartre, Seigneur du Breuil-en-Auge de nos amis spécialistes de Jules Grün, à savoir Véronique Herbaut et Benoît Noël. Ouvrage paru en 2013 aux Éditions BVR. On sait aussi grâce à la revue des Annales politiques et littéraires (a) que cette toile a nécessité pas moins de quatre années de travail.

img20160823_12200892

Dr.

   Ce qui nous amène à la présentation de l’hypothèse suivante : Qui est l’instigateur véritable de ce tableau et surtout qui en est le chef d’orchestre ?

   À nos yeux, c’est de toute évidence Angelo Mariani, lui-même. Car sans bruit et sans attirer l’attention, il a lui simple pharmacien à l’époque, Corse de surcroît luttant contre le racisme ambiant le concernant, su avec le temps mettre en place à Paris tous les éléments de ce chef d’œuvre pictural en ce début de XXe siècle. Par cette action, Angelo Mariani n’est-il pas, en outre, entré dans la légende insulaire de sa terre natale ?

   Pour en être convaincu, peut-on imaginer qu’au moins 51 % des personnages représentés (sur près d’une centaine*) ont eu à voir avec Angelo Mariani, à un moment ou un autre de leur existence ?

img20160823_12221790

Dr.

    Il y a tout d’abord la répétition photographique de mai 19051. On y voit déjà apparaître sur le cliché un certain nombre de personnages amis d’Angelo Mariani (67), Émile Glaudimont (27), et Mme Jeanne et M. Théophile Poilpot (81 et 82) qui seront sur la toile de 1911. Soit 4 personnes.

   Maintenant, voyons celles et ceux présents sur le fameux tableau : Un vendredi au salon des artistes français et qui sont aussi dans…les Albums Mariani et autres supports publicitaires Mariani ! (1) Henri-Charles Étienne Dujardin-Beaumetz, tome 10. (2) Henri Harpignies, tome 4. (4) Antoine Guillemet, tome 3. (6) Antonin Mercié, tome 4. (8) Gabriel Faure, tome 12. (9) Maurice Donnay, tome 6. (13) Tony Robert-Fleury, tome 4. (16) Francis Tattegrain, tome 5. (17) Mme Yvette Guibert, tome 3. (24) Émile Boutigny, tome 7. (25) Jules Chéret, tome 3. (28) Charles Léandre, tome 5. (29) Léon Comerre, tome 8. (30) Mlle Rose Maireau, tome 9. (31 et 32) Famille Grün, tome 9. (40) Jean-Paul Laurens, tome 4. (41) Gabriel Ferrier, tome 6. (42) Luc Olivier Merson, tome 3. (43) François Flameng, tome 6. (45) Fernand Cormon, tome 3. (46) Ferdinand Roybet, tome 1. (53) Léonce Benedite, tome 12. ( 54) Albert Dawant, tome 6. (55) Georges Goursat dit Sem, tome 8. (57) Mlle Louise Abbema, tome 1. (58) Mlle Clémentine-Hélène Dufau, tome 9. (59) Marcel Baschet, tome 6. (60) Pierre Lafitte, tome 11. (64) Georges Rochegrosse, tome 2. (63) Joseph Bail, tome 8. (68) Julien Gustave Gagliardini, tome 6. (69) Mme Adolphe Brisson, tome 11. (70) Paul Renard, tome 12. (71) Jean-Baptiste Olive, tome 7. (72) Denis Etcheverry, tome 9. (74) Fernand Pelez, tome 6. (76) Saint-Pierre, tome 5. (79) Émile Boisseau, tome 10. (85) Louis Grenet-Dancourt, tome 11. (87) Henri Martin, tome 4. (91) François Schommer, tome 9. (89) Léon Barillot, tome 8. (61) Henri Rochefort, tome 2. Ce qui nous donne déjà un total de 48 individus.

   À cela s’ajoutent (12) Paul Chabas, (99) Albert Paul Laurens, et (75) Joseph Wencker qui apparaissent dans la série des Cartes Postales Mariani. On atteint donc la barre des 50 personnes.

   Avec (50) Arthur Meyer, c’est par le biais du support des suppléments de février 1896 qui permet d’affirmer son contact avec Angelo Mariani. Même chose avec (86) Henri Dreyfus dit Fursy dans celui du n°10 de 1905. Puis avec (14) René Baschet, on remarque la même dynamique par l’intermédiaire du n° 12 de 1907, tout comme pour (80) Quentin-Beauchard. On arrive déjà au nombre de 55 personnes… (C’est à dire 56%). Va-t-on se diriger dès lors vers les deux tiers ?

   Comme on le sait, selon les livres d’histoire, ce tableau fut une demande officielle de l’État républicain. Mais à vrai dire, soyons direct : n’est-il pas en partie et en réalité une commande officieuse d’un Corse dénommé Angelo Mariani ? À vous de vous faire votre propre opinion.                                                                                                   A.D.

Est-ce l’histoire d’une oeuvre d’art qui n’en finit pas de se découvrir ?

  À la date de ce jour, nous n’avons pas d’informations précises pouvant attester une hypothétique relation entre Angelo Mariani et les personnages suivants issus de ce tableau. (3) Victor Laloux. (5) Léon Bonnat. (7) Émile Dupont. (10) Frantz Jourdain. (11) Edouard Detaille. (15) Aimé Morot. (18) Gervais. (19) Mme Vallet-Bisson. (20) Edouard Bisson. (22 et 23) Mme et M. Demont-Breton. (26) Guillonnet. (35) Stéphane Derville. (36) Toumy. (37) Baillot. (44) F. Humbert. (47) Comte Fortuné d’Andigné. (48) Chapsal. (51) Mme Daniel Lesueur. (52) Henri Lapauze. (56) Falcou. (62) Bigard-Fabre.(66) Camille Blanc. (73) Marquise de Crequi. (77) Léon Gosselin. (78) Saint-Germier. (83) Colin. (84) Saubes. (88) Mme Mathilde-Claire Fossey dite Geneviève Lantelme. (92) Petitjean. (93) Gorguet. (94) Zwiller. (96) Mlle Renée Maupin. (97) Louis Lépine. (98) Docteur Jacques Grumberg dit Docteur Jacob. (100) Diogène Maillart.

   Il nous faut cependant encore travailler sur certains patronymes afin de mieux discerner une réalité historique : Soit (21) Édouard ou Jules Adler. (90) Charles ou Jean Dupuy. Et le (49) Docteur dit Jean Faure. En ce qui concerne (65) Louis le Prince héritier de Monaco, fils du prince régnant Albert 1er et qui montera sur le trône en 1922, il sera à la une du supplément Mariani n°24 en 1926. Chose identique avec (95) Mlle Arlette Dorgère. Elle apparaîtra dans un supplément Mariani, n°28 de…1930. Enfin avec (101) Louis Henri Foreau, c’est son épouse qui est présentée sur la photographie de 1905. Ce qui correspond là encore à six autres personnes…                                              A.D

(a) 30 avril 1911.

* Le numéro (34) n’est pas une personne mais une sculpture et les numéro (33), (38) et (39) sont inexistants. Cela donne au final un nombre de 97 individus.

1 Angelo Mariani fait parti des tout premiers à utiliser la déclinaison publicitaire de la photographie, grâce à la famille Lumière. Nous évoquerons ce point dans un prochain article.

Pour plus d’informations, Cf, le livre suivant :

livreangelomariani1.jpeg

Angelo Mariani : L’inventeur de la première boisson à la coca. Éditions Anima Corsa, juin 2014, Bastia. 5 boulevard Hyacinthe de Montera : 04 95 48 68 86.