Pierre Charles Henri Fauvel (7 juin 1830 à Amiens-18 décembre 1895 à Paris) ou l’un des rares amis d’Angelo Mariani.

  Ce médecin a la particularité d’avoir lancé en grande partie l’aventure d’Angelo Mariani, et ce dès 1865 (1). Leur rencontre physique eu lieu à Paris en 1867. Mariani poursuit ses essais de vulgarisation de préparations de coca notamment dans la pharmacie Chantrel rue de Clichy à Paris (selon l’américain William Helfand, le plus grand spécialiste reconnu d’Angelo Mariani in sa communication du 19 janvier 1979 présenté au Yale Medical Library et intitulé : Vin Mariani). Puis emménage rue Vaneau et travaille à la pharmacie Mondet (spécialisée dans la création d’élixirs à base de plantes) au coin de la rue Bellechasse et de la rue du Faubourg St-Germain à Paris. Durant le siège de la capitale par les Prussiens Mariani et Fauvel s’entraident pour survivre. Ce dernier fut d’ailleurs durant cette période un chirurgien de la Garde nationale pour la commune de Paris.

Fauvel avec ses condisciples

Fauvel avec ses condisciples de l’hopital de la Charité dans l’ouvrage du Docteur Cabanés intitulé : La salle de Garde. Edition Montagu, Paris, 1917.

   Charles Fauvel obtient de son côté d’autres informations sur la coca comme celles provenant de l’abbé Pullés qui l’utilise régulièrement (2). Le 7 septembre 1871, au sortir de la guerre, le médecin Fauvel qui s’est spécialisé dans l’étude du pharynx fonde un hôpital dans lequel il soigne chaque week-end près de 20 patients gratuitement. Un « deal » ou plus exactement un contrat oral et moral se met en place entre les deux hommes. L’un apporte ses clients, l’autre lui fait en retour une grande publicité de sa reconnaissance professionnelle. Et cela marche. Le tout Paris sait que le médecin Fauvel fait équipe avec le pharmacien Mariani. Ainsi dans la revue universitaire L’Union médicale de décembre 1875, un article de Charles Fauvel évoque l’excellence du Vin Mariani à la coca. Ensuite tout s’accélère. En 1876, il publie une somme médicale qui va devenir une « bible » sur la connaissance médicale du larynx (3).

fauvel-six

Fauvel photographié par Wilhem Benque avant sa mort pour le journal Le Monde illustré du 28 décembre 1895.

    Notre medecin est reconnu en Europe, pour son utilisation médicale de la coca et de la cocaïne, notamment par Sigmund Freud (4). Cela lui vaut la Légion d’honneur là même année. Il réside au 41 bd Haussmann et invite Mariani à installer sa première pharmacie à la même adresse. C’est le début du succès. En 1878, Angelo Mariani publie un opuscule de 19 pages intitulé : La coca du Pérou et le vin Mariani : botanique, historique, thérapeutique. Bien entendu Fauvel y est cité à de nombreuses reprises. Fauvel part ensuite au 31 rue Guénégaud à Paris puis quelque temps plus tard au 13 avenue de l’opéra. Angelo Mariani, quant à lui, a acquis pour sa famille un pied à terre au 11 rue de Scribe lui aussi dans le quartier de l’Opéra. En outre Mariani a compris que Fauvel par sa renommée internationale ne peut que lui être bénéfique. Ainsi il apparaît dans la première série dite des pré-albums Mariani en mai 1890.

fauvel-uno

Fauvel par Adolphe Lalauze, pré-album Mariani, mai 1890.

Puis en 1894 avec le premier album officiel, un an avant son décès.

_57sssss

Charles Fauvel dans le tome 1er des albums Mariani 1894 et sa fameuse lettre ou il relate sa rencontre avec Mariani en 1865.

Fauvel pratiquant un art médical nouveau avec l’aide du vin Mariani à la coca.

fauvel-sietesans-titre

DR : Musée d’Orsay, Paris. Photographie réalisée Pierre Lanith Petit (1831-1909) entre 1857 et 1865. Fonds Eugène Disderi (collection Maurice Levert).

                                                                                                                                  A.D

(1) Charles Fauvel a connaissance des travaux sur la coca réalisés par Angelo Mariani et son père Xavier François à Bastia. Il commande de nombreux échantillons qui vont sortir de la pharmacie familiale située à Bastia boulevard du Palais. D’ailleurs Fauvel confirmera ces faits par un courrier de décembre 1887, à l’attention du New York Medical Journal ou il explique les biens faits du Vin Mariani qu’il connaît depuis 1865.

(2) Alain Delpirou, Angelo Mariani l’inventeur de la première boisson à la coca. Édition Anima Corsa, Bastia, 2014.

(3) Traité pratique des dysfonctionnements du larynx, Édition Adrien Delahaye, 1876, Paris, 920 pages.

(4) Uber coca, Sigmund Freud, vol. 2, juillet 1884, dans Centralblatt fur die Gesmammte Therapie (Vienne).

   Pour plus d’informations sur Charles Fauvel, on peut lire avec intérêt les articles suivants : Le Docteur Fauvel, in La revue Panthéon de l’industrie, 14 années 1888 et 21 années 1895. Le Monde illustré du 28 décembre 1895, n°2022, 39 années. Le quotidien Le Figaro en date du 17 novembre 1888. La fiche n°4 d’août 2014 du musée de l’AP-HP intitulée : La première salle de garde l’hôpital de la charité, XIXe siècle, Paris. Puis sans oublier le site www.clystere.com de février 2017 n°57.

Simon Horace Alexandre ou le frère cadet d’Angelo, l’inconnu de la famille Mariani.

Horace Alexandre Simon Mariani

Horace Alexandre Simon Mariani.

   De lui, on ne sait que peu de choses. Il est le 8 mai 1849 à Bastia. Au côté de son père pharmacien et de son frère aîné, il travaille dans la pharmacie familiale du Boulevard du Palais. Puis qu’il accompagne Angelo Mariani, à Paris. Bien que diplômé lui aussi par l’école de pharmacie de la capitale, Horace Mariani est surtout attiré par la poésie. À cet égard lors d’une de ses promenades en Normandie, il tombe amoureux fou d’une villa située à Villers-sur-Mer.

La villa d'origine vers 1880.

La villa d’origine vers 1875. Dr.

   Cette bâtisse est alors connue sous la dénomination de Fanny-André, au 3 rue de l’étang. Horace décide de l’acheter grâce aux subsides de son frère. Puis de la transformer à son goût en y ajoutant un très grand parc. Cette demeure prend enfin, par sa demande un nouveau patronyme. Elle devient Villa Mariani.

La villa Mariani vue de profil face à la mer.

La villa Mariani agrandie. Vue de profil face à la mer.

villers-ocho

La villa Mariani.

Le bacon face à la mer.

Détail. Le balcon face à la mer.

En y regardant de plus près, n'est ce pas Angelo Mariani présent sur le balcon ?

En y regardant de plus près, n’est ce pas Angelo Mariani avec sa célèbre barbe blanche présent sur le balcon ?

   Nous sommes dans les années 1880. L’une des particularités de cette habitation tient au fait qu’elle se trouve installée sur le méridien de Greenwich. C’est en cet endroit qu’Horace va rédiger ses principales poésies teintées de son idéal politique libertaire. Anarchiste revendiqué et assumé, notre poète est un défenseur de la liberté d’opinion. En 1908, il publie à ses frais son seul recueil connu à ce jour : Poésies, 192 pages, Éditions Maurice Dormann, Étampes, puis réédité en 1910 avec des compléments, soit un total de 252 pages.

Poésies d'Horace Mariani.

Poésies d’Horace Mariani.

   En parcourant ce document, on constate d’emblée qu’Horace aime à écrire des vers comme ceux-ci, issus du poème intitulé : Autobiographie.

Renseignements précis,

Importants et concis

Sur ma biographie

Pour ma chère Patrie.

Apprends, cher Univers,

Ma vie en quatre vers :

Bastia m’a vu naître

Et Paris m’instruisit ;

Villers me séduisit,

Cimetière Est, Paris, me verra disparaître !

   Dans cette magnifique propriété villersoise, administrée par sa gouvernante Blanche Delauney, Horace Mariani passe le plus clair de son temps à cultiver des roses. Il se transforme en l’un des meilleurs spécialistes français, tout comme son frère l’est pour la coca, selon la revue Figaro-Modes du 15 août 1903.

Le jardin

Le jardin

Le jardin de la villa Mariani en 1903.

Le jardin de la villa Mariani en 1903.

   Notre poète cueille d’ailleurs ses roses de bon matin et les fait livrer à Paris par caisses entières à ses amis avant l’heure du Five O’clock (1). Tout cela grâce à l’utilisation du train. Ensuite l’après-midi, Horace se réserve à l’écriture, à la musique (2) et aux promenades. Chemin faisant et passionné par la création de jardins, Horace dessine lui-même de nombreux plans.

   Au pied de sa résidence, l’un des plus beaux parcs de Villers-sur-Mer voit le jour par ses soins avec vue sur la Manche. Angelo Mariani fait parfois le déplacement en ce lieu normand. N’hésitant pas à accompagner quelquefois son frère jusqu’à la plage. À d’autres moments, c’est sur la terrasse de la villa qu’Angelo admire le paysage de Villers. Clin dœil de l’Histoire, c’est à Rouen (Normandie) que se localise de nos jours le remarquable tableau de Jules Grün commandé par lÉtat : Un vendredi au salon des artistes français 1911, apparaît en premier plan, Angelo Mariani.

   On ne peut omettre d’évoquer dans le sillage d’Horace Mariani, la présence discrète de Pierre Ucciani, peintre à Ajaccio en 1851. Ce dernier quitte lîle au décès de son père en 1858. Joaillier à Paris en 1879, on le retrouve par la suite expert en bijouterie auprès du tribunal civil de la Seine. Dans le même temps, il vend de nombreux tableaux d’artistes encore peu connus, dont ses propres productions, afin d’améliorer ses fins de mois. Grâce à cette aisance financière, Ucciani déménage à Neuilly-sur-Seine au 5 rue Alfred de Musset. Et en profite pour retourner de temps à autre en Corse. Sur place, il y peint certains lieux de son enfance comme Golfe d’Ajaccio, 1884 (huile sur bois) ou bien encore Le Clocher d’Ucciani, 1892 (huile sur bois).

   De temps à autre notre artiste croise la famille Mariani à Neuilly-sur-Seine. On évoque autour d’un café, avant tout chose la Corse, mais aussi la belle lumière de Villers-sur-Mer en Normandie qui attire nombre d’aquarellistes. Horace Mariani l’invite en ce lieu. Ucciani accepte et se rend à Villers. Le résultat ne se fait pas attendre. Tombé sous le charme de cette station balnéaire, Pierre Ucciani y séjournera dès lors chaque été à venir. Peintre de la côte normande, il y travaille avec sa fille Marie-Renée. Sans aucune modération. Plusieurs tableaux sont ainsi réalisés sur place comme La Falaise vue de Villers (huile sur bois), ou bien encore Les Vaches noires à marée basse, en 1910. L’endroit l’inspire, de toute évidence. À tel point qu’il fait construire fin des années vingt, une petite maison au nom évocateur de : Villa Corsica.

   Mais revenons à Horace Mariani. Après la mort de son frère en avril 1914, le poète vend sa propriété normande (3) pour la somme de 130 000 francs de l’époque à Madame Veuve Auguste Morgon (4). Nous sommes en mai 1917.

La villa change de nom.

La villa change de nom.

   L’esprit de famille passe avant tout. Il veut aider son neveu Jacques dans la transmission et la bonne tenue des Établissements Mariani à Neuilly-sur-Seine. Pour cela, il a gardé un pied-à-terre au 39 boulevard Haussmann, proche de la pharmacie familiale situé au 41. Le cap passé, Horace Mariani toujours célibataire, alterne sa vie entre la capitale et Velone-Orneto. Une sorte de retour aux sources. Il décède à Paris en 1932 et est inhumé au Père-Lachaise comme il l’avait souhaité, aux côtés de Julius Nathan Jaros, son beau-frère. Terminons maintenant ce portrait par ses quelques vers sous forme de souhaits rédigés le 29 octobre 1908 par Horace à Villers-sur-Mer.

Lorsque pour toujours de mon être

La brève vie aura cessé

Puisse-je ne pas disparaître

Dans les ténèbres du Passé.

Voilà tout ce que je souhaite

Pour mon lot de simple poète.

   La villa Mariani existe toujours.

Une vue de la facade dans les années 1960.

Une vue de la façade dans les années 1960, XXe siècle. Dr

En ce XXIe siècle quelques vues :

 

villers-xxie-siecle

Magnifique demeure avec une toiture légèrement modifiée.

villers-tres

Au premier plan une partie du jardin transformée en parking.

villa-horace-mariani-deux

Le portail d’entrée de la villa dite Mariani est d’époque et fonctionne toujours.

villers-quatro

Un M en majesté qui a parcouru les décennies et voulu par Horace Mariani.

A.D

 

(1) En 1843, la ligne gare Saint-Lazare-Rouen est inaugurée (140 kilomètres en quatre heures).

(2) À ce jour, une seule partition musicale d’Horace Mariani a été retrouvée. Soit Tristia publiée par L. Grus à Paris en 1902.

(3) Le jardin a laissé la place depuis à une autre résidence.

(4) Histoires de villas : Villers-sur-Mer, Magdeleine Gaston-Duprez, Éditions Esther Flon, 2001.

(5) C’est le docteur Fauvel qui habitant au 41 invita Angelo Mariani à installer sa pharmacie à la même adresse.

Bastia et la Corse : hauts lieux de la conception de la première boisson à la coca inventée par Angelo Mariani et son père François Xavier.

Vue générale du village de Pero-casevecchie.

Vue générale du village de Pero-Casevecchie.

Tout commence à Pero-Casevecchie.

  La mère d’Angelo Mariani, née Sophie Sébastiani le 21 août 1821 à La Porta (Haute-Corse), épouse le 21 septembre 1837, François Xavier Mariani, originaire de Pruno (Haute-Corse), ayant vu quant à lui le jour, le 29 décembre 1810.

La Porta et la maison de la famille Conneau parente de celle des Sébastiani.

La Porta et la maison de la famille Conneau parente de celle des Sébastiani.

   Propriétaires, ils se sont installés à Pero-Casevecchie, à trente kilomètres au sud de Bastia dans une zone géographique dénommée la Tavagna. Le couple y mène une vie sans histoire.

   François Xavier Mariani exerce la fonction d’apothicaire dans ce paisible bourg de 520 âmes. La qualité de son travail est d’emblée reconnue par toute la population. À tel point qu’on vient parfois de loin pour rencontrer ce pharmacien très attentif envers ses patients. Ange-François Mariani, premier fils de la famille, né le 17 décembre 1838 a pour cousin Xavier Paoli*.

Bastia : boulevard du Palais.

   La renommée professionnelle de François Xavier Mariani dépasse très vite les limites de son village. On le demande avec insistance à Bastia. La famille Mariani s’y installe tout d’abord en 1842 puis de façon définitive en mars 1847 dans cette cité de 16 000 habitants, au boulevard du Palais devenu au début du XXe siècle, Boulevard Paoli artère centrale de la plus grande ville de Corse.

Début du Boulevard du Palais à Bastia.

Début du Boulevard du Palais à Bastia au XIXe siècle.

   En ce lieu, François Xavier Mariani initie son fils Ange François dès 1855 aux secrets de la pharmacie et surtout aux élixirs à base de végétaux. Dans l’arrière-boutique se trouve un local ou ensemble, ils composent des breuvages à base de diverses plantes. (Cette pharmacie existe toujours et elle est l’une des plus anciennes de Bastia pour ne pas dire de Corse. Elle est tenue depuis plus d’un siècle maintenant par une autre grande famille de pharmaciens : les Dussol).

Cette pharmacie qui portera le nom de Croix rouge se trouve à l'angle du Boulevard du Palais et la rue

Au XIXe siècle, cette pharmacie qui portera un temps le nom de Croix rouge se trouve à l’angle du Boulevard du Palais et la rue Salvator Vialle.

De nos jours.

De nos jours.

Bastia pharmaciea

Quand le boulevard du Palais devient Boulevard Paoli.

   Ange François est dès lors comme attiré par cette science et par les livres qui véhiculent ce savoir. Selon la tradition familiale, Ange-François Mariani est un autodidacte. il se passionne pour la pharmacologie par le biais de deux plantes peu communes à l’époque : le quinquina et l’érythroxylum coca. Plusieurs ébauches de boissons médicinales ont lieu dans l’officine du boulevard du Palais. Angelo Mariani et son père rêvent d’inventer un remède miracle à partir de ces deux végétaux additionnés à du vin corse. Grâce à leurs contacts avec l’Italie et Gênes, (cette ville chose rare possède toujours en 2015 dans son jardin botanique plusieurs plants de coca), les Mariani arrivent à obtenir ces matières premières tant recherchées. Bastia est en outre ne l’oublions à cette époque la principale zone d’entrée et de sortir de toute marchandise pour l’île. En 1870, nous savons suite aux travaux de l’historien Vincent Armendares que Xavier Mariani exerce toujours à Bastia selon l’almanach général de Médecine et de pharmacie et l’Annuaire médical et pharmaceutique de la France. C’est aussi en ce lieu que François Xavier Mariani, après une longue vie de labeur afin de soigner ses patients et sans aucune exclusive, s’éteint dans les années 1880.

Pot ancien du XIXe siècle de pharmacie en verre soufflé contenant des feuilles de coca.

Pot ancien du XIXe siècle de pharmacie en verre soufflé contenant des feuilles de coca.

   De son côté, le célèbre docteur et neurologue italien Mantegazza Paolo, étudie lui aussi la coca. Il a déjà publie en 1857 un article favorable à cette plante : Importance diététique et médicale de la Coca, dans le journal argentin : El Commercio, à Salta. De retour en Italie, via Gênes en 1858, il rédige à Milan un opuscule intitulé : Sur les vertus hygiéniques et médicinales de la coca et sur les aliments nerveux en général qu’il publie dans les Annales de Médecine, Université de Milan, volume XXI, pp 449-519, 1859.Ce texte fait l’apologie de la coca en ces termes : « Je préfère vivre 10 ans avec que 100 ans sans ».

Paolo aa_Mantegazza

Paolo Mantegazza ou l’un des premiers grands scientifiques européens concernant la coca.

   On sait que dans le même temps, Mariani et fils à Bastia sont systématiquement à l’affût de toute nouveauté pharmaceutique. La langue italienne n’étant pas un obstacle, il est fort probable qu’ils aient pu s’inspirer en outre des études de Paolo Mantegazza.

Angelo Mariani et Paris.

   En ce qui concerne Angelo Mariani, il est donc l’aîné et quitte la Corse en 1862. Emportant avec lui les nombreuses recettes concoctées en compagnie de son père. On le retrouve à Bois-Colombes en qualité d’élève pharmacien.

L'arrivée du train à Bois-Colombes durant la seconde moitié du XIXe siècle.

L’arrivée du train à Bois-Colombes durant la seconde moitié du XIXe siècle.

   En 1867, avec l’aide de Pierre Charles Henri Fauvel, il initie plusieurs essais de vulgarisation de préparations de coca notamment dans la pharmacie Chantrel rue de Clichy à Paris (selon l’américain William H  Helfand, le plus grand spécialiste reconnu d’Angelo Mariani in sa communication du 19 janvier 1979 présenté au Yale Medical Library et intitulé : Vin Mariani). Il déménage ensuite rue Vaneau et travaille à la pharmacie Mondet (spécialisée dans la création d’élixirs à base de plantes) au coin de la rue Bellechasse et de la rue du Faubourg St-Germain à Paris.

Rue Vaneau à Paris au XIXe siècle.

Rue Vaneau à Paris au XIXe siècle.

   Il modifie aussi son prénom afin de se protéger du racisme anti-corse présent à Paris. Dans le même temps, son père publie sous la responsabilité d’Angelo la première étude sur le quinquina : Mariani, Angelo, Notice sur le quinquina, Maillard et Bossuet, Paris, 1870. Selon l’historien Vincent Armendares, sur ce document est escamoté par des points de suspension le vocable Pharmacien de Bastia.

   Angelo Mariani fonde dans la foulée à Paris une famille en août 1870. Avec son épouse, Marie Anne Philiberte, ils auront plusieurs enfants. En 1871 : Ange-François devient officiellement pharmacien de 1er rang. En 1872, Angelo Mariani et son épouse mettent sur le marché deux boissons de 50 centilitres qui contient l’équivalent de 6 mg cocaïne par bouteille de vin et de 7.2 mg de cocaïne pour l’exportation afin de résister à la concurrence de produits identiques aux États-Unis. Il publie sa première étude sur la coca : Mariani, Angelo, La Coca du Pérou, Revue de thérapeutique médico-chirurgicales, 148-152, Paris. À ce stade notre propos, il nous paraît opportun de rappeler l’anecdote parue dans le premier bulletin de la Saam (Société des Amis d’Angelo Mariani) en juin 2004 : «  Le 7 avril 2004, suite à un incident technique à la BNF, nous n’avons pas pu obtenir le microfilm du document suivant : 8°Te 151.1252, intitulé ; « Notices sur le quinquina Mariani », Paris, Maillard-Bossuet (1870). In-16, 15 p. On nous a alors proposé fort aimablement le document original à condition qu’il soit manié avec précaution. Et quel n’a pas été notre étonnement ! Dans ledit document, en effet, se trouvait un second document, une petite notice en espagnol (un peu abîmée) édité par l’imprimerie de Ch. Lahure, 9 rue de Fleurus Paris et intitulé : Extracto Mariani Hidro-alcoolico de Quina. Ce document n’a jamais été référencé ni même recensé dans les textes analysés depuis une vingtaine d’années se rapportant aux œuvres d’Angelo Mariani. C’est donc d’Angelo Mariani un document original (et, chose rare, en espagnol) qui dormait à l’abri à l’intérieur d’un autre document ».

1875 : Angelo Mariani et sa rencontre avec le monde.

   La réussite est au rendez-vous. Le vin Mariani inonde le monde. Mariani ouvre ses bureaux et un lieu de fabrication au 10-12, rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine. À cela s’accompagne de grands entrepôts et autres caves sous la responsabilité d’ouvriers et de contremaîtres, tous originaire de Corse et plus particulièrement de son village natal. Son entreprise est enregistrée sous l’appellation de marchand de produits pharmaceutiques. Il ouvre sa propre pharmacie au 41 Bd Haussmann. C’est aussi la naissance de son fils : Jacques né le 4 octobre à Paris. Il publie notamment une étude scientifique : Mariani, Angelo, La Coca du Pérou, Monde Pharmaceutique, vol 4, Paris, 1875 qui s’accompagne d’un premier grand texte à la gloire du vin Mariani.

L'exposition internationale de 1875 à Paris.

L’exposition internationale de 1875 à Paris.

Dès 1875, les produits Mariani à la coca sont mis en valeur à l'exposition internationale de paris.

Dès 1875, les produits Mariani à la coca sont mis en valeur à l’exposition internationale de paris.

   Ensuite Mariani Angelo, poursuit ses études avec la publication de La Coca du Pérou : Botanique historique, thérapeutique, édité dans la capitale en 1878. Et c’est ainsi que pendant plus de 50 ans le vin Mariani va être une réussite commerciale mondiale. Ce n’est qu’en 1879 que le pharmacien américain Pemberton crée la J.S Pemberton & Company à Atlanta.

Pemberton troisSans titre

L’une des étiquettes apposées sur les toutes premières boissons de Pemberton en 1885. Ce dernier ne cache d’ailleurs pas qu’il s’inspire du vin Mariani en précisant que son produit est :  » une meilleure préparation à celle de Mariani ».

Illustration issue du livre de Bénédicte Jourgeaud intitulé : Coca Cola une passion française paru en 2010 aux Editions du Cherche Midi.

Illustration issue du livre de Bénédicte Jourgeaud intitulé : Coca Cola une passion française paru en 2010 aux Editions du Cherche Midi.

4_7

Quand la coca et le vin faisaient bon ménage dans les produits de Pemberton.

A.D

Xavier Paoli.

   Omniprésent dans l’entourage d’Angelo Mariani, Xavier Paoli est un policier hors du commun. Il le protège de toutes les tracasseries administratives et prend sa retraite en avril 1909, à l’âge de 74 ans. Libéré de son obligation de réserve, il rédige sa biographie professionnelle sous la forme d’un livre intitulé : Leurs Majestés paru en 1912 à Paris, Librairie Ollendorff (ce document a été réédité en 1999 à l’identique par les Éditions Atlantica à Biarritz). Libre de toute parole après la disparition prématurée de son fils, qui fut secrétaire général de la préfecture de police de la capitale, Xavier Paoli lâche quelques confidences sur ses origines. Le Tout-Paris apprend qu’il n’est autre que l’un des descendants de Giacintu Paoli père du Général Pascal Paoli, (ou Pasquale de Paoli), le Corse des Lumières, dit le père de la nation entre 1755 à 1769. La Corse étant pour cette période historique considérée comme le premier état démocratique européen. Son fondateur écrivait : « L’égalité ne doit pas être un vain mot ». Avec les familles Conneau, Sébastiani, Colombani, Pompéi, Léonetti et Polidori, Xavier Paoli contribua, jusqu’à sa disparition en 1923 à Asnières (Hauts-de-Seine) à la réussite commerciale des produits Mariani.                                                                                                                     A.D

Pour plus d’informations,  Cf, les livres suivants :

livreangelomariani1.jpeg   Angelo Mariani : L’inventeur de la première boisson à la coca. Éditions Anima Corsa juin 2014 Bastia. 5 boulevard Hyacinthe de Montera. Christophe Canioni : 04 95 31 37 02. Et aussi sur le site Amazon.fr

   Sans oublier : Cocaïne histoire mondiale d’une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015 ou dans lequel un chapitre est consacré à Angelo Mariani.

Cocaïne histoire mondiale d'une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015.

Cocaïne histoire mondiale d’une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015.