Une bouteille Mariani à la coca au Musée François Tillequin à Paris.

 

   En surfant il y a quelques mois sur le magnifique site internet de la Société d’Histoire de la Pharmacie www.shp-asso.org nous vîmes un très beau texte intitulé : Les vins médicinaux et le cas du vin Mariani. À cela s’accompagnaient plusieurs photographies réalisées par Monsieur Bruno Bonnemain, son secrétaire général. L’une d’entre elles attira notre curiosité. On y voyait une bouteille de vin Mariani à la coca. Une idée nous vint à l’esprit : pourrait-on un jour observer de près cette fameuse bouteille Mariani ?

Dr :

Dr : Monsieur Bruno Bonnemain, secrétaire général de la société d’histoire de la Pharmacie. La bouteille Coca Mariani se situe à la cinquième place en partant de la droite de la photographie.

   À l’occasion de la journée européenne du patrimoine du samedi 17 septembre 2016, l’opportunité nous était alors offerte de visiter à la faculté de Pharmacie de Paris (1), la célèbre salle des Actes, ainsi que le Musée de collection de Matière Médicale.

Banderolle d'information. Sept 2016, Paris.

Banderole d’information. Sept 2016, Paris.

Fronton de la faculté de pharmacie.

Fronton de la faculté de pharmacie.

Vue extérieure du bâtiment.

Vue extérieure du bâtiment.

   À l’entrée du bâtiment nous fumes reçu par Madame Samantha Conti en charge de la communication de l’Université Paris-Descartes, puis par le Professeur Olivier Lafont, président de la Société d’Histoire de la Pharmacie. Ce dernier nous fit admirer avec élégance pas moins de quatre-vingt-dix portraits de maîtres apothicaires et de pharmaciens célèbres tout en retraçant l’évolution de l’histoire de la pharmacie en France. Ce fut un moment passionnant dû au talent oratoire de l’intervenant.

Vue intérieur en partie de la salle des Actes.

Vue intérieure en partie de la salle des Actes.

img_0292

Portrait du pharmacien Henri Moissan prix Nobel de chimie en 1906 par Paul Saïn. Ce fut un contemporain d’Angelo Mariani.

   Dans un second temps, les portes du musée François Tillequin s’ouvrirent. Moment tant attendu. Quel ne fut pas notre étonnement. Nous fumes tout d’abord accueillit là encore avec courtoisie par Monsieur Thomas Gaslonde, Ingénieur d’études et de recherche en Pharmacognosie qui nous expliquât que ce lieu de 450 m2 détenait plus de 25 000 échantillons de plantes accompagnés d’objets divers et variés. On apprit en outre par sa voix, que cette immense collection fut commencée dès 1882. Pour plus d’informations on peut se reporter à son ouvrage concernant le musée (ci-dessous).

blogsep2016d

Thomas Gaslonde, Musée François Tillequin, Editions Université Paris Descartes, 2015, Paris.

img_0321

Vue intérieure du Musée.

img_0323

Vue intérieure du Musée.

   En charge de ce magnifique lieu, et passionné par ce musée Monsieur Thomas Gaslonde nous fit partager avec grand bonheur son savoir sur l’histoire des huiles essentielles. Enfin et surtout qu’elle ne fut pas notre émotion d’observer dans une partie de la structure connut sous l’appellation de la pagode, la fameuse bouteille.

img_0348

Vitrine principale du Musée dite la pagode ou se trouve la bouteille de Coca Mariani.

img_0a

La bouteille vin Mariani à la coca trônant en majesté.

img_0d

Gros plan sur la bouteille pleine du Vin tonique Mariani à la coca.

img_0e

On peut remarquer en bas de l’étiquette son numéro de série. Angelo Mariani a été l’un des premiers en Europe à lancer l’idée de traçabilité de son produit.

   Au vu de son format et de l’étiquette adjointe, on peut émettre l’hypothèse suivante, sous toute réserve, sachant que nous n’avons pas eu l’objet entre les mains. Cette bouteille semble correspondre à la période ou le pharmacien Jacques Mariani (1875-1935) fils d’Ange-François Mariani (1838-1914) officiait car la mention à la coca du Pérou n’est plus présente sur le flacon (2). Cela étant, on constate aussi en arrière-plan de ladite bouteille, une reproduction en date de 1986 de l’affiche de Jules Chéret (1836-1932). Restons donc prudent sur l’origine de ce récipient et peut-être qu’un jour prochain, on pourra en savoir un peu plus sur cet élément patrimonial.

blogsep2016f

La famille Mariani en sa qualité de pharmacien fut durant le XXe siècle l’un des bienfaiteurs et mécènes les plus réguliers pour la Société d’Histoire de la Pharmacie.

   Nous profitons enfin de ce modeste compte rendu sur la présence d’une bouteille Mariani à la coca dans un musée parisien en septembre 2016 pour préciser une date à venir essentielle et incontournable :

   Notre ami Christophe Mariani responsable de la société Coca-Mariani vient de nous informer de sa nouvelle création : Le breuvage similaire à celui d’Angelo Mariani qui sortira en Corse à Ajaccio, en avant-première, le 17 décembre 2016. Au Palais des Congrès à Ajaccio (Corse), salle Tino Rossi à 19 heures pour être très précis.

   Soit dans moins de quatre-vingts jours. Un produit tant attendu dans la dynamique de la renaissance du vin Mariani avec de surcroît le soutien moral de la famille Mariani. Notons que cette date n’a pas été, semble-t-il choisie au hasard puisse qu’elle correspond au 178e anniversaire de la naissance d’un certain Ange-François Mariani, plus connu au niveau international (États-Unis, Canada, Colombie, Bolivie, Grande-Bretagne, Suède, Allemagne, Russie et Chine, entres autres…) sous le nom d’Angelo Mariani (3). On se doit de soutenir pareille initiative. Bonne chance à la ressurection du vin tonique Coca Mariani.

                                                                                    A.D

(1) La Faculté de Pharmacie de Paris de l’Université Paris Descartes est la plus importante parmi les 24 autres sites d’École de pharmacie que compte aujourd’hui le territoire national. À noter que c’est un Corse, un certain Napoléon Bonaparte en octobre 1803, alors premier consul, qui créa l’école de pharmacie à Paris alors située rue de l’Arbalète. Il faudra attendre 1882 pour acter son déménagement au 4, avenue de l’Observatoire.

(2) Le petit fils Angelo Mariani (1914-1978) sera lui aussi pharmacien et poursuivra avec beaucoup d’intelligence et de travail l’oeuvre familiale débutée en Corse par son arrière-grand-père François-Xavier Mariani (1810- 1875) et ce jusque dans les années soixante-dix à Neuilly-sur-Seine.

(3) Pour plus d’informations, on peut aller sur le très beau site : www.vinmariani.fr et parcourir le livre suivant :

livreangelomariani1.jpeg

Angelo Mariani : L’inventeur de la première boisson à la coca. Éditions Anima Corsa, juin 2014, Bastia. 5 boulevard Hyacinthe de Montera : 04 95 48 68 86.

Quand la coca et la cocaïne ont rencontré le Vin et l’Élixir Mariani à 250 000 euros la bouteille.

   En ce début de XXIe siècle, on redécouvre ça et là des bouteilles de Vin Mariani à la coca. Ces breuvages oubliés dans des greniers et autres caves alimentent parfois un discours peu scrupuleux financièrement et scientifiquement sur ce produit. Pire celles et ceux qui exhument ces breuvages sont dès lors persuadés d’avoir entre leurs mains un véritable trésor. Oui et non à vrai dire, est-on obligé de leur répondre. En matière de patrimoine historique, cela ne fait aucun doute. Une bouteille Mariani encore pleine à sa place dans un musée et non pas dans le coffre d’une banque. Ce sont des produits pharmaceutiques, gastronomiques et culturels français et américains qui ont marqués leur époque. Cette boisson appartient à l’Histoire.

Dr

Dr

   Par contre d’un point de vue financier, il en va tout autrement. Bien que certaines personnes s’évertuent à lancer des prix astronomiques comme 250 000 euros (a) bien évidemment sans fondement avec la réalité (à quelle fin?), les bouteilles Mariani poursuivent leur chemin. Il existe d’ailleurs plusieurs modèles. Celui qui est le plus connu correspond à la contenance de 50 cl et est dénommé Coca Mariani. Mais ont ne doit oublier qu’Angelo Mariani et ses successeurs firent aussi des bouteilles d’un litre, de deux litres et à l’opposé des mignonnettes de 25 cl. Sans parler d’aux moins quatre autres marques avec la boisson dite Vin Mariani, l’élixir Mariani et l’apéritif Mariani. À cela s’ajoutent les petits flacons à la Terpine Coca Mariani d’une contenance de 12 cl.

Dr

Dr

   N’écartons pas non plus les contrefaçons actuelles. Avec des prix hallucinants évoqués précédemment pour des bouteilles Mariani. Certains faussaires ont flairé la bonne affaire. À partir d’une bouteille vide, on n’hésite pas à coller une étiquette trouvée et/ou reproduite sur Internet. À cela, on y ajoute un bon vin de Bordeaux et une ligne de……Le tout vendu comme étant un original découvert comme par enchantement.

   D’emblée il nous paraît important à ce stade de notre réflexion de poser un élément de base essentiel pour bien appréhender notre problématique. La bouteille de vin la plus chère au monde en octobre 2015, était un Château Lafite de 1787 au prix de ….125 000 dollars. Aujourd’hui le château Lafite devenu Lafite-Rothschild est un très grand domaine viticole dans la région de Bordeaux en France qui approche une superficie de 200 hectares, dont plus d’une centaine est réservée à la vigne. Reconnu pour ses vins célèbres et prestigieux, et ce depuis 1855 ce lieu emblématique bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée. Ce prix est dû en outre pour la présence exceptionnelle des initiales Th.J. gravées sur le verre de la bouteille, faisait référence à l’individu à laquelle elle appartenait : le président des États-Unis d’Amérique, Thomas Jefferson. Cette bouteille unique contient du vin de Bordeaux et a été vendue en 1985 aux enchères par la Maison Christie à Londres pour 125 000 dollars, ce qui était alors l’équivalent de 116 000 euros. Ce breuvage se trouve aujourd’hui parmi la collection Forbes à New York (E.U).

   À titre de comparaison en 1970 à Londres fut vendue lors d’une enchère une bouteille Mariani datée de 1880 à moitié pleine à peine 4 livres sterling soit 11 dollars de l’époque… En Bretagne (France) à Nantes en 2004, une bouteille pleine Mariani de 1915 authentique que j’ai pu tenir entre mes mains fut mise en vente au prix de départ de 250 euros. On le voit on est bien loin des 250 000 euros évoqués précédemment. Plus près de nous en décembre 2009 aux E.U fut proposée à la vente une authentique bouteille de 1895 avec pour prix de départ à 10 000 dollars (6 700 euros)….Pour info jamais évoquée, n’oublions pas toute de même que le vin de bordeaux utilisé par Mariani était un château de très grande facture : le Henri Clausel et Compagnie. Plusieurs années plus tard, cette même bouteille réapparaissait dans un laboratoire d’une Université canadienne. En mai 2015, sur un site de vente en ligne on pouvait lire l’offre suivante (sans aucune modification) : Bouteille de collection vin mariani • Neuville-Saint-Rémy 250 000 euros : Date de publication: 04/05/2015 Localisation: Neuville-Saint-Rémy, Nord, France AVIS AUX COLLECTIONNEURS à vendre !!! bouteille de coca mariani datant de 1863 ENVIRON 3 EXEMPLAIRES CONNUS à ce jour dont un à DUBAY.

   Profitons de l’occasion pour remercier vraiment en premier lieu un descendant de la famille Roty qui nous a transmis des informations très précieuses concernant l’unique photographie connue à ce jour, prise à l’intérieur de la villa Andréa. Cela nous donne la quasi-totalité des identités présentes sur la photographie prise en 1910 ou au début de 1911 par Jacques Mariani.

La famille Roty chez Angelo Mariani à la Villa Andréa.

La famille Roty chez Angelo Mariani à la Villa Andréa.

   1) Joseph Uzanne (4 septembre 1850-19 avril 1937), secrétaire particulier d’Angelo Mariani, 2) Oscar Roty (12 juin 1846-décédé le 23 mars 1911 à Paris), 3) Ange François Mariani ( il rend son dernier souffle 1er avril 1914 en ce lieu de Valescure à Saint-Raphaël), 4) inconnu pour le moment, 5) Louise Laroque, belle fille d’Angelo Mariani et épouse de Jacques Mariani (octobre 1875-décembre 1935) le photographe, 6) la belle mère d’Oscar Roty soit Augustine Caroline Boulanger épouse du ferronnier d’art Pierre Boulanger, 7) l’épouse d’Oscar Roty soit Marie Augustine Roty née Boulanger le 24 avril 1862 et décédée le 10 novembre 1953, 8) Xavier Paoli (14 septembre 1835-6 juillet 1923) cousin d’Angelo Mariani et surtout descendant de Pascale Poali (b), 9) Georges Roty (1892-1973) fils de Marie et d’Oscar Roty (c).

Les différents personnages de ce cliché.

Les différents personnages de ce cliché.

l'inconnu de la Villa Andréa.

l’inconnu de la Villa Andréa.

   On a maintenant le plaisir de présenter un nouveau document original représentant Angelo Mariani selon un travail préparatoire d’Oscar Roty, repris par le graveur Charles Albert Waltner (1846-1925).

Un portrait d'Angelo Mariani vu par Oscar Roty et Charles

Un portrait d’Angelo Mariani vu par Oscar Roty et Charles Albert Waltner.

Un ami discret d'Angelo Mariani : Walner.

Un ami discret d’Angelo Mariani : Waltner.

   Il nous reste à trouver l’identité de la dernière personne n°4, non reconnue à ce jour présente sur le cliché. À cette recherche, nous joignons un cliché d’un autre individu semble-t-il, contemporain de Jacques Mariani fils d’Ange François Mariani. Au cas ou quelqu’un(e) l’identifierait…

Un ami de Jacques Mariani ?

Un ami de Jacques Mariani ?

   Ensuite nous tenons à remercier le responsable discret d’un beau site internet basé à Bastia et qui nous communiqué une photographie originale issue d’une carte postale représentant la pharmacie dite de la Croix Rouge. Iconographie peu banale (d). C’est en ce lieu que furent réalisés les prototypes de la boisson à la coca par Angelo Mariani avec l’aide de son père.

Un lieu emblématique dans l'épopée d'Angelo Mariani.

Un lieu emblématique dans l’épopée Corse d’Angelo Mariani.

  À noter enfin le très beau site : www : bouteillesanciennes.net et/ou https://bouteillesanciennes.wordpress.com/ qui a jugé utile de faire un lien internet vers notre propre blog. Cela permet a tous les passionnés de bouteilles Mariani dans savoir un peu plus. On peut d’ailleurs y lire un très bel article intitulé : Un vin tonique pour bien commencer l’année 2016! / Some tonic wine to start 2016 at full speed!              A.D

(a) Le Parisien, Un musée plein de raretés.

(b) Nous avons déjà évoqué dans un précédent billet ce personnage Corse attachant tombé lui aussi dans l’oubli. Peut être n’est-il pas inutile de préciser qu’il fut à titre exceptionnel, le premier récipiendaire de l’Ordre Royal de Victoria sur décision de la Reine en personne lors de son séjour au Grand-Hôtel de Nice le 22 avril 1896.

Their_majesties_as_I_knew_them;_personal_reminiscences_of_the_kings_and_queens_of_Europe_(1911)a_b(14750620286)

A Bayonne en 1911, photographie réalisée par Chusseau Flaviens. Paoli est reconnaissable par son chapeau Melon.

(c) On peut lire avec intérêt l’ouvrage ayant pour titre : Le médailleur Louis Oscar Roty (1846-1911) sa vie son œuvre, Éditions Presses du Compagnonnage, 1971 par Georges Roty.

(d) CPA Ed. J. Moretti (Corte) Cliché d’avant 1903 n°420 – Bastia, Grande pharmacie de la Croix-Rouge.

Pour plus d’informations,  Cf, les livres suivants :

livreangelomariani1.jpeg   Angelo Mariani : L’inventeur de la première boisson à la coca. Éditions Anima Corsa juin 2014 Bastia. 5 boulevard Hyacinthe de Montera, 04 95 48 68 86. Et aussi sur le site Amazon.fr. Sans oublier : Cocaïne histoire mondiale d’une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015 ou dans lequel un chapitre est consacré à Angelo Mariani.

Cocaïne histoire mondiale d'une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015.