Quelques vues des Établissements Mariani à Neuilly-sur-Seine (France) au XIXe, XXe et XXIe siècle.

   Les établissements Mariani à Neuilly-sur-Seine au 10-12 rue de Chartres voient le jour vers 1875. Angelo Mariani achète une grande demeure à la famille de la future et célèbre journaliste libertaire et féministe Séverine (1). Il transforme les lieux afin d’installer un immense entrepôt et un lieu de fabrication de son produit à deux pas de Paris aux côtés de son hôtel particulier. En réalité, cette propriété est basée aussi en partie sur Paris au regard du cadastre. En effet la limite communale entre Neuilly-sur-Seine et Paris passe au beau milieu de la propriété. Autre particularité, Angelo Mariani n’est pas loin de l’ancienne mairie de Neuilly-sur-Seine, place Parmentier qui sera par la suite transformée en Maison de justice de Paix. Aujourd’hui en ce lieu se trouve la maison des Jeunes et de la Culture de la ville. Dernier point au 4 et 6 de la même rue verra naître le célèbre garage Outhenin-Chalandre. Cette usine étant spécialisée dans la production des très belles voitures de la marque De Dion-Bouton.

Publicité du garage automobile Outhelin-Chalandre.

Publicité du garage automobile Outhelin-Chalandre.

À l’extérieur des établissements Mariani, voici quelques vues de l’époque.

Devant les établissements Mariani à Neuilly selon la revue la Science française de juin 1898.

Devant les établissements Mariani à Neuilly-sur-Seine selon la revue La Science française de juin 1898.

Une vue oblique représentant les établissements Mariani issue d'un article en langue anglaise  intitulé : Vin Mariani du professeur William H Helfand daté de 1979.

Une vue oblique représentant les établissements Mariani issue d’un article en langue anglaise intitulé : Vin Mariani du professeur William H Helfand daté de 1979.

img582

Vue dans les années 10 de la rue de Chartres. À droite après le garage Outhenin se trouve les Établissements Mariani.

facadeneuilly

Vue dans les années 30 sur la rue de Chartres à partir de la place Parmentier. Sur la gauche, on distingue la présence des établissements Mariani.

Extrait agrandit de l'image précédente.

Extrait agrandi de l’image précédente.

Prolongement de la rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

Prolongement de la rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

Entrons maintenant au 10-12 rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine chez Angelo Mariani.

À l’intérieur des établissements Mariani.

Bureau d'Angelo Mariani au 10 rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

Au centre de l’image, Angelo Mariani travaille dans son bureau au décor composé uniquement de feuilles de coca.

Bureau d’Angelo Mariani au 10 rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

En arrière-fond du bureau, on peut distinguer l’entrée d’une des serres botaniques dédiées à la culture de la coca.

Le bureau et les serres.

Le bureau et les serres.

Angelo Mariani inspectant le nettoyage des bouteilles avant l'introduction du vin à base de coca du Pérou.

Angelo Mariani au centre de l’image inspectant le nettoyage des bouteilles avant l’introduction du vin à base de coca du Pérou.

Modernité de l'embouteillage avec rails pour tramways et fûts de chênes.

Modernité de l’embouteillage avec rails pour tramways et fûts de chêne sans oublier l’utilisation de l’électricité.

Les ouvriers en action pour envelopper les bouteilles Vin  Mariani à la feuille de coca.

Les ouvriers (tous Corses) en action pour envelopper les bouteilles Vin Mariani à la feuille de coca.

Angelo Mariani vérifiant en personne (à gauche de l'image) les dosages pour son produit.

Angelo Mariani vérifiant en personne (à gauche de l’image) les dosages pour son produit.

Sous les entrepôts, l'immense cave des vins Mariani.

Sous les entrepôts, l’immense cave des vins Mariani.

Aujourd’hui tout cela a disparu de nos jours au profit d’un immeuble d’habitation.

Extrait d'une vue aérienne verticale en date des années 2010 notamment de la rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

Extrait d’une vue aérienne verticale en date des années 2010 notamment de la rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine.

(1) Séverine (27/4/1855-24/4/1929) par son combat féministe et progressiste utilise le journalisme afin de faire progresser ses idées. Elle signera d’ailleurs un magnifique article nécrologique le 14 avril 1914 en hommage à Angelo Mariani dans le journal Gil Blas.    A.D

Séverine une amie d'Angelo Mariani.

Séverine une amie d’Angelo Mariani.

Pour plus d’informations,  Cf, les livres suivants :

livreangelomariani1.jpeg   Angelo Mariani : L’inventeur de la première boisson à la coca. Éditions Anima Corsa juin 2014 Bastia. 5 boulevard Hyacinthe de Montera. Christophe Canioni : 04 95 31 37 02. Et aussi sur le site Amazon.fr

Sans oublier : Cocaïne histoire mondiale d’une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015. ou dans lequel un chapitre est consacré à Angelo Mariani.

Cocaïne histoire mondiale d'une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015.

Cocaïne histoire mondiale d’une drogue aux Presses Universitaires de Corse, Éditions Anima Corsa, mars 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s